Positions allemandes

Armement allemand du Frioul en 1944

La batterie de Mangue                                                                                                                            La priorité est donnée à la presqu’île de Mangue (dénommée StP 189 par les allemands). Le fort français sur le cap de Mangue-Brigantin, armé seulement d’un canon de DCA de 20 et défendu par quelques niches de mitrailleuses est utilisé pour ses casernements. Des magasins dont les ruines disgracieuses existent encore, mais deux projecteurs de 150 mm sont installés dans des encuvements octogonaux encadrant le fort.

La batterie principale est implantée sur le plateau en arrière du fort. Six encuvements bétonnés avec soute à munitions enterrée du type M158 reçoivent des canons de 155 courts sur affûts mobiles à roues modèle Schneider 1917. Il faut y ajouter un canon de 150 Krupp sur affût scellé. Ces armes récupérées sur l’armée française peuvent tirer une grande variété d’obus à la cadence de trente coups par heure. Orientables sur tout l’horizon, elles seront retournées contre Marseille lors de sa libération. Le tir de la batterie est dirigé à partir d’un poste de commandement PdT M162a dont la plate-forme bétonnée domine le plateau. La défense rapprochée est assurée par deux canons de 37mm, un canon de 20 et de nombreux trous d’hommes et tranchées disposés autour du plateau. Outre les pionniers bâtisseurs, la batterie est servie par cent soixante et dix artilleurs de marine de la septième compagnie du détachement 611 (7/MAA611).

Fort de Ratonneau                                                                                                                                    Sur le Fort de Ratonneau, les allemands commencent en 1944 la construction d’une batterie de quatre canons de 240 montés sur abri Schwer 542, un type de casemate rare en France dont le seul autre exemplaire connu se trouve dans la forêt de la Coubre. En août 1944, les travaux sont loin d’être achevés. Dans les énormes excavations taillées dans le roc en éventrant les batteries françaises, seuls les sols, deux affûts et quelques débuts de structures verticales sont réalisés. L’un des canons est même installé mais n’a pas encore reçu son blindage et n’est pas opérationnel. Un second canon est entreposé sur le port près du pavillon Fauvel, en attente d’être hissé par le grand plan incliné aménagé entre le port et la pointe sud-est du fort. Outre les excavations, les voies de circulation en cours d’aménagement pour transporter les canons sur leurs positions dénaturent le fort sur toute sa longueur.

Le port du Frioul                                                                                                                                  Seul port des îles, il est protégé par un filet contre les sous-marins. Sa défense rapprochée est assurée par un canon de 47 sur le mole est et sept canons de 20 DCA, quatre sur le fort de Ratonneau, deux sur le môle est et un sur la digue Berry.

Batterie du lazaret                                                                                                                                     Sur l’esplanade du Frioul Une puissante défense anti-aérienne est installée sur l’esplanade du Frioul (StP199) qui est tenue par une compagnie de la Luftwaffe. Elle comprend six canons de 88 dans des encuvements bétonnés, un radar et un poste de direction de tir. Trois canons de 20 et cinq cuves pour mitrailleuses de DCA assurent la défense aérienne rapprochée. De nombreuses niches de mitrailleuses défendent la batterie contre une attaque terrestre. Une batterie de quatorze projecteurs de cent cinquante millimètres assure une très grande visibilité pour le tir de nuit. Les anciens bâtiments du lazaret sont affectés au casernement et au magasinage.

Batterie de Banc                                                                                                                                           Le site de Banc abandonné par les français reçoit, autour d’un poste de direction de tir léger, quatre canons de 75 sur affût mobile à roues installés en cuves bétonnées. La défense rapprochée anti-aérienne est assurée par deux canons de 37 sur plate-forme et trois mitrailleuses de DCA. La protection contre une attaque terrestre est assurée par trois canons de 75 de campagne sur affût à roues et quelques mitrailleuses. Elle est servie par quatre vingt-sept hommes et est appuyée par trois canons de 20 placés dans la batterie de Croix.

Batterie de Cavaux                                                                                                                                 La batterie de Cavaux est encore armée des canons de 138 installés en 1927. Les allemands les jugeant trop exposés, entreprennent la construction de casemates du type M272 pour les abriter. Seulement deux d’entre elles sont achevées en août 1944 devant la batterie française. Les deux autres, inachevées, sont implantées dans la ligne des casemates françaises. Les pièces orientées vers le large sont dirigées par le poste de commandement français sur la pointe du Marlet. La défense anti-aérienne est assurée par deux canons de 37 et trois de 20, la défense rapprochée par un canon de char sur tobrouk, un mortier de 81 et un grand nombre de niches bétonnées pour mitrailleuses. La station d’éclairage de nuit du Marlet est réutilisée avec deux projecteurs de cent cinquante centimètres dont un français.     Un projecteur de soixante centimètres est monté dans l’ancien poste de commandement français.  Dénommée StP 190, la batterie est défendue par cent cinquante-sept artilleurs de marine.

Batterie du Sémaphore                                                                                                                              Elle possède encore ses quatre canons de 95 Lahitolle modèle 1888 ne semble pas avoir été utilisée sauf, peut-être, lors de la libération de la ville en 1944 car les canons peuvent être orientés vers Marseille.

Haut de la page